Chigot à Conques : Conclusion générale de l’étude

Nous avons tenté tout au long de cette étude de répondre aux questions qui nous semblaient fondamentales. A savoir, quels programmes vitrés ont successivement ornés l’abbatiale de Conques ? Qui a été à l’origine des vitraux précédant ceux de Pierre Soulages ? Qui a travaillé sur ce projet et dans quelle mesure ? Quels ont été ces vitraux ? Qu’est-ce qui, et qui a décidé de leur remplacement à l’aube des années 1990 ? Nous ne prétendrons pas ne pas avoir débuté cette étude avec certains a priori. Il nous est apparu au fil de la recherche que les projets de Francis Chigot et de Pierre Soulages possèdent des qualités tant esthétiques que sémantiques. Nous avons également tenté d’être le plus objectif dans nos remarques, laissant le soin au lecteur d’interpréter nos conclusions. Nos questionnements procédaient plus d’une volonté de comprendre et d’établir un premier témoignage que de pointer chaque faux pas.

Continuer la lecture de « Chigot à Conques : Conclusion générale de l’étude »

Soulages à Conques : un projet entériné, la dépose des vitraux Chigot confirmée

Le 30 mai 1988, la Commission supérieure des Monuments historiques entérine le projet de dépose en quelques lignes lapidaires. « Les vitraux actuels, datant de 1953, doivent être remplacés par des œuvres de Soulages. (…) Les vitraux actuels devront être mis en caisse et conservés au moment de l’installation des nouvelles verrières » [536]. En dépit des réticences de Patrice Beghain et des propositions de Bertrand Rossi de maintenir « à titre documentaire quelques vitraux en place » [537], et celle de Jean-Pierre Bady qui souligne que le « maintien en place ou une présentation au public trouvera vraisemblablement bon nombre de défenseurs » [538], la dépose complète des vitraux de Francis Chigot est acceptée.

Continuer la lecture de « Soulages à Conques : un projet entériné, la dépose des vitraux Chigot confirmée »

L’émergence du projet Soulages à Conques et son corollaire : la dépose des vitraux Chigot

En 1987, le ministre de la Culture, Jack Lang, manifeste son désir de voir confier à Pierre Soulages une création de vitraux pour l’abbatiale Sainte-Foy de Conques. L’on trouve mention à cette époque de grands chantiers d’insertion de l’art contemporain dans des édifices anciens. Parallèlement, le ministère de la Culture gère les créations réalisées pour les vitraux de la cathédrale de Nevers. Pierre Soulages voit sa participation à la cathédrale remise en question. Peu après, l’abbatiale de Conques est choisit pour héberger une œuvre vitrée originale. D’abord circonscrit aux seules baies du chœur, le projet gagne l’ensemble de l’édifice. Dès lors, qu’advient-il des vitraux de Francis Chigot dont la dépose semble inévitable ?

Continuer la lecture de « L’émergence du projet Soulages à Conques et son corollaire : la dépose des vitraux Chigot »

Quelle réception et postérité pour les vitraux de Francis Chigot et Pierre Parot à Conques ?

Dans les décennies qui suivent le chantier de Conques, ni les grandes études sur l’abbatiale Sainte-Foy, ni les monographies consacrées au Rouergue ou à Conques, ni les revues spécialisées et locales, ni la presse locale ne témoignent d’un intérêt pour l’œuvre de Maurice Berry, Pierre Parot et Francis Chigot. Plus qu’une fortune critique, nous suggérons l’expression « infortune critique ».

Continuer la lecture de « Quelle réception et postérité pour les vitraux de Francis Chigot et Pierre Parot à Conques ? »

Chigot à Conques : les vitraux du tambour et du front occidental

  • Nombre de baies :
  • Tambour : 8 baies.
  • Façade occidentale : 7 baies.
  • Numérotation d’après Maurice Berry :
  • Tambour : A, B, C, D, E, F, G, H.
  • Façade occidentale : 75, 76, 77, 78, 79, 80, 81.

Historique.

Le programme attribué aux huit baies de la coupole n’est pas certain. Berry et Chigot hésitent entre des symboles – sans plus de précisions – et le thème des litanies de la Vierge, toujours des vitraux très colorés. Le père Védel, dans sa lettre du 22 juillet 1941 [419], précise que la Vierge a peu sa place dans l’ancienne abbatiale, au profit du Saint-Sauveur. Il estime que les sujets eucharistiques seraient plus appropriés. Les baies ornementales de la façade ouest et leur oculus seront traités en tonalités chaudes et foncées, afin d’atténuer la forte lumière qui les traverse [420].

Continuer la lecture de « Chigot à Conques : les vitraux du tambour et du front occidental »