Chigot à Conques : les vitraux du Chœur (partie 1)

  • Nombre de baies : 21 baies.
  • Numérotation d’après Maurice Berry :
  • Absidioles orientées : 12, 32.
  • Chapelles orientées : 13, 14, 15 ; 29, 30, 31.
  • Chapelles rayonnantes : 17, 18, 19 ; 21, 22, 23 ; 25, 26, 27.
  • Baies intermédiaires : 16, 20, 24, 28.
  • Baies hautes de l’abside : 57, 58, 59.

Historique.

Lors de son premier rapport daté du 28 novembre 1940, Maurice Berry estime qu’il « pourrait être posé des vitraux historiés en couleur » dans les chapelles rayonnantes [345]. Il en existe d’ailleurs quelques-uns, notamment dans la chapelle Sainte-Foy, des vitraux de 1880 environ, que Maurice Berry qualifie d’ « extrêmement laids ». Les baies du chœur sont seules à ne pas être définies lors de la première évolution du projet, en 1941. En effet, Maurice Berry et Francis Chigot ignorent à quels saints elles sont dédiées. En revanche, la composition des verrières est déjà esquissée. « Ces vitraux seraient également très colorés, et comme ils sont vus de très près, ils seraient (…) d’une échelle assez petite, ce qui permettrait, (…) les représentations de scènes multiples » [346].

Le 2 juillet 1946, Maurice Berry presse Francis Chigot d’avancer au mieux les études des vitraux du chœur et de la coupole. Il ne souhaite pas que les crédits soient un obstacle à la production [347]. Notons, cependant que le curé de Conques a adressé à Francis Chigot, au début de l’année, une documentation concernant sainte Foy et une gravure de saint Norbert pour les chapelles du chœur [348]. Pierre Parot, alors accaparé par la préparation d’une exposition qui doit avoir lieu à l’Hôtel des Sociétés Savantes, n’envisage pas le début des recherches avant le 15 novembre 1946 [349].

Ce n’est cependant que le 5 novembre 1948 que Francis Chigot reçoit l’ordre de service de Maurice Berry quant à la réalisation définitive des maquettes. L’architecte prie le maître verrier de lui faire parvenir avant le 7 décembre ses travaux [350]. Relevons que la première mention du successeur de Maurice Berry dans la gestion du chantier de Conques, Maurice Dufour, apparaît dans cette lettre. Maurice Berry propose à Francis Chigot d’examiner les maquettes dans l’abbatiale de Conques en présence de Pierre Parot.

Il s’en suit une longue préparation des cartons, uniquement rythmée par la correspondance relative aux préparations de crédits. Notons que les échanges avec Maurice Dufour sont plus orientés vers les questions financières qu’avec Maurice Berry. Cela tient certainement qu’en dépit d’une gestion de la campagne du chœur par Maurice Dufour, les choix esthétiques ont été élaborés sous la direction de Maurice Berry. Le 9 novembre 1949, Maurice Dufour est attendu à l’atelier de Francis Chigot. Pierre Parot est prié d’apporter l’ensemble de ses maquettes et des cartons qu’il a préparé. Le 10 mai 1950, Francis Chigot annonce à Maurice Dufour, que la pose des vitraux historiés du chœur sera achevée d’ici le 18 mai. Ses ouvriers sont alors en pleine pose [351].  La pose des vitraux intermédiaires n’intervient pas avant le dernier trimestre 1951 [352]. Les vitraux de l’abside ne sont posés qu’entre le 6 et 16 juin 1952. [353]

La dépose des vitraux a été menée avant la proposition de Bertrand Rossi. On peut alors estimer la mise en dépôt au premier trimestre 1993 [354]. Les verrières de la chapelle Saint-Norbert sont exposées par les frères Prémontrés dans leurs locaux à Conques. Les vitraux de la chapelle Sainte-Foy ont longtemps été exposés au Centre européen d’Etude de la Civilisation médiévale. Ils sont aujourd’hui redistribués dans plusieurs antennes de la municipalité [355]. Les autres baies sont stockées en caisses dans le local communal placé dans le parking souterrain du Centre européen [356].

Description.

Les absidioles orientées.

Baie 12 : saint Georges

Annexe 54 Parot (Pierre), Chigot (Francis). Abbatiale de Conques, choeur. Baie 12. Négatif photographique du vitrail. Archives privées, Atelier du Vitrail (Limoges).

L‘absidiole orientée du côté nord de l’abbatiale n’est percée que d’une seule baie. Ses dimensions restreintes jouent néanmoins un rôle fondamental dans l’interpénétration des configurations de l’abbatiale. La baie est close d’une représentation en pied de saint Georges [357]. Le vitrail, signé dans l’angle inférieur droit « F et P Chigot Limoges », est tout à fait caractéristique du quatrième style que nous avons caractérisé pour les cartons [358].

Ce dernier ensemble réunit une série de figures en pied. La tête est inclinée vers les cieux. Une main va au col, l’autre remonte du bassin, paume vers le ciel. Une corde complète une tunique en toile de bure et la tonsure. La composition n’est pas dense et le nom du saint s’inscrit dans la partie supérieure, surmontant l’évocation de formes architecturales. Les détails du visage bien que stylisés, conservent une impression de hiératisme. Les pupilles sont représentées. Les ombres et le modelé sont traités sagement. La verrière représentant saint Georges peut alors être liée aux figures de « Sanctus Joseph » [359], « Sanctus Paulus » [360], « Sanctus Petrus » [361] et « Jesus Salvator ». La couleur ne nous est pas connue, le seul document en notre possession étant un négatif photographique. Toutefois, la baie 12 faisant pendant à la baie 32, il nous paraît vraisemblable que la gamme colorée, ainsi que le contraste et le traitement soient équivalents [362].

Baie 32 : saint Joseph

L’absidiole orientée du côté sud de l’abbatiale répond à la baie de l’absidiole nord. Francis Chigot a représenté saint Joseph, figuration dont on ne conserve que la maquette et le carton. Le saint lève le visage vers les cieux. Il tient d’une main le bâton fleuri qui le désigne comme l’époux de Marie, et de l’autre la scie de charpentier. Représenté en pied, il occupe l’essentiel de l’espace disponible dans la baie. Le fond est animé d’une mosaïque de verre. Son nom flanque son auréole sur la gauche. L’évocation d’une charpente domine la scène. Le graphisme est identique à celui de saint Georges : synthétisme, peinture vibrante mais sage, resserrement de la composition, noblesse du visage… La gamme colorée est riche et joue de la complémentarité du vert pour le fond, et du rouge pour la cape qui couvre les épaules du saint [363]. Son auréole jaune fait contrepoint avec les nuances neutres de sa tunique.

Notes

  • [345] Berry (Maurice), Rapport du 28 novembre 1940, Médiathèque du Patrimoine, 0081/012/0005.
  • [346] Chigot (Francis), Courrier du 07 juillet 1941 au curé Védel. Archives privées, Atelier du Vitrail.
  • [347] Berry (Maurice), Courrier du 2 juillet 1946 à Francis Chigot. Archives privées, Atelier du Vitrail.
  • [348] Chigot (Francis), Courrier du 16 février 1946 à Monsieur le prieur de Sainte-Foy. Archives privées, Atelier du Vitrail.
  • [349] Chigot (Francis), Courrier du 17 octobre 1946 à Maurice Berry. Archives privées, Atelier du Vitrail.
  • [350] Berry (Maurice), Courrier du 5 novembre 1948 à Francis Chigot. Archives privées, Atelier du Vitrail.
  • [351] Chigot (Francis), Courrier du 10 mai 1950 à Maurice Dufour. Archives privées, Atelier du Vitrail.
  • [352] Dufour (Maurice), Courrier du 13 juin 1951. Archives privées, Atelier du Vitrail.
  • [353] Chigot Francis, Courrier du 20 mai 1952. Archives privées, Atelier du Vitrail.
  • [354] Rossi (Bertrand), Courrier du 12 mai 1993. Médiathèque du Patrimoine, 1995/005/0022
  • [355] Communication orale du Centre européen de Conques, le 18 août 2009.
  • [356] Causse (Louis), Communication écrite du 23 août 2009.
  • [357] Cf. Annexe 54.
  • [358] Cf. Infra. : « Attribution des tâches en atelier, les cartons », 2.1.1.2.
  • [359] Cf. Annexe 79.
  • [360] Cf. Annexe 81 et 82.
  • [361] Cf. Annexe 80 et 82.
  • [362] Cf. Annexe 54.
  • [363] Cf. Annexe 79.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *